Retour
Lire :
Future : le Top 5 de son album « WZRD »
01.02.19
Future : le Top 5 de son album « WZRD »
Sprite Only

En 2017 à l’occasion de la sortie de son album Revival, Eminem était revenu sur une époque sombre de sa vie et de sa carrière : son addiction. Une addiction si profonde qu’il frôla la mort dix ans plus tôt, en faisant une overdose de méthadone. Après sa cure de désintoxication, Marshall Matthers III, dû même « réapprendre à rapper ». Mais l’addiction et les conséquences peuvent avoir un aspect « positif » sur la musique d’un artiste, comme The Weeknd qui se remit à consommer toutes sortes de drogues dures pour concevoir l’album Starboy qui le consacra en véritable Pop star internationale.

Future, la légende d’Atlanta, a également souhaité évoquer son addiction avec les médias, dans la cadre de la sortie de son nouvel album Future Hndrxx Presents: The WIZRD. Le rappeur a déclaré ne plus prendre de lean, alors que cette drogue a façonné son univers et était omniprésent dans sa musique comme le démontrent parfaitement l’album Dirty Sprite 2 et sa magnifique cover. Future a donc pris le risque de briser cette image d’éternel outlaw hédoniste et de provoquer ainsi des déclarations négatives concernant sa musique. Mais, si j’ai souhaité vous partager mon Top 5 de cet album, c’est que ce projet est captivant, alors mettez vos plus belles lunettes noires et voyageons dans l’univers du  magicien de la trap.

Note du rédacteur : les morceaux sont classés en fonction de l’ordre de la tracklist.

« Jumpin On A Jet »

Je me souviens très bien de ma première écoute de ce morceau, je venais tout juste d’allumer une cigarette magique. Quand les premières notes planantes de la production de Southside ont résonné, j’avais l’impression de voler. Et d’un coup Future a balancé son flow provenant des enfers tout en n’oubliant pas de soigner son écriture.

En clair, « Jumpin On A Jet » est le morceau idéal pour s’envoler, tant l’atmosphère sonore correspond au lifestyle décrit dans cette chanson, on imagine alors Future sauter littéralement d’un avion à un autre. De grandes marques et des grosses punchlines qui vous donneront envie de télécharger l’application de Uber dédié à la réservation de jets privés !

« F&N »

Sur la plupart des morceaux, nous entendons le tag d’un ou de plusieurs producteurs et « F&N » ne démord pas à cette règle. Cela peut être un peu trop répétitif et me donne parfois l’impression d’une ambiance de mixtape à l’ancienne. Un sentiment que partage peut-être Future, puisqu’à peine résonnait le dernier tag, qu’il balançait son flow. Il me donne l’impression de skier sur le beat, de slalomer en balançant des gimmiks et de changer de vitesse et de tricks à tout moment.

En parlant de variations, « F&N » change trois fois d’ambiance sonores, co-produites par ATL Jacob, Southside et Wheezy. Le magicien d’Atlanta est en mode Frank Lucas / Mad Max, une image forte et pleine de débrouille. Notre MC dépeint donc un monde noir, à l’aube de sa fin, dont seuls le luxe, l’opulence et une arme pourront le sauver. Future dédicace d’ailleurs ce morceau au constructeur d’armes FN Herstal, qui fabrique des balles de 5,7mm, un véritable succès chez nos amis américains.

« Unicorn Purp » (Feat.Young Thug & Gunna)

Young Thug et Gunna sont les Rick et Morty du Rap Jeu. Toujours sur une production de ATL Jacob les deux rappeurs viennent soutenir Future ou plutôt compléter son oeuvre. D’abord Thugger ouvre le morceau de sa voix si singulière, avant d’assurer une gimmick après chaque punchline balancée par le magicien. Si seulement Super Smiley avait été de cet acabit !

Future pose un couplet avec un flow régulier, comme si le studio s’était transformé en canapé géant et qu’il balançait des punchlines OKLM. Gunna quant à lui surfe sur l’instrumentale et s’écarte de plus en plus du flow de son mentor, me rappelant d’ailleurs à quel point j’entendais Weezy quand Thug rappait à ses débuts. Au final donc, quelle belle collaboration pour cet album qui ne compte que trois featurings sur vingts pistes !

« Temptations » (Feat.Lil Juice)

Après que Future nous ait embarqué de nouveau sur le toit du monde, plein d’extravagances et de vices, voilà que nous changeons totalement d’ambiance. Plus smooth, le beat du producteur montant : Tay Keith, permet à Future de revenir sur son parcours, ses démons et forcément les mauvais côtés du succès. Lorsque je l’ai vu au Zenith, j’aurais aimé qu’il joue des titres plus planant comme « My Collection » ou « Temptations », qui permet de faire des pauses et de varier l’interprétation sur scène. Mais non ce fut 2h de Pogo géant sur du pur banger !

Comme à l’accoutumée, notre MC évoque des marques, des images pleines de matérialisme, mais qui deviennent belles ou oniriques lorsqu’il diversifie son flow, tel un serpent venu nous envoûter. Enfin, pour définitivement nous faire planer, l’assistant du magicien : Tay Keith, sample le morceau de Future intitulé « Honest », extrait de son album éponyme de 2014.

« Tricks On Me »

Lorsque j’ai découvert que l’album Future Hndrxx Presents: The WIZRD comptait une vingtaine de morceaux et durait plus d’une heure, j’ai eu peur. Peur d’entendre des morceaux facilement skipables ou de m’ennuyer. Pourtant avec la dernière piste « Tricks On Me », le MC d’ATL s’est livré sur sa vie personnelle, sur son regard sur le monde caché derrière des lunettes Aviator et concluait de manière géniale cet génial.

Ce morceau produit par Nineteen85 pose une ambiance légère, on se croirait dans une white party en compagnie de Blair et Serena. Pourtant Future évoque ici ses peines et fait des références à la mort de Bankroll Fresh, assassiné en studio. Future est donc en pleine paranoïa alors qu’on le croyait en plein paradis. Le titre de ce morceau s’inspire d’ailleurs de « Mind Playing Tricks On Me » des Geto Boys, qui évoquaient les angoisses causées par la street life.

Romain C. Draper
Fondateur & Rédacteur en Chef. En primaire, j'ai troqué mon goûter contre l'album "Première Consultation" de Doc Gynéco. Depuis je suis accroc au Rap.