Retour
Lire :
Meek Mill : le Top 5 de son album « Championships »
03.12.18
Meek Mill : le Top 5 de son album « Championships »
Le retour d’un champion

Le nom de Robert Rihmeek Williams a.k.a Meek Mill est souvent assimilé aux scandales judiciaires : vente de drogue, possession illégale d’arme à feu ou encore violation de liberté conditionnelle…le rappeur de Philadelphie enchaîne les déboires depuis ses dix-huit ans. Pourtant l’aspect le plus important de sa vie, reste le Rap puisque dès l’adolescence, bien avant de devoir fuir la police, Meek s’est découvert une véritable passion pour cette musique, poussé par son oncle, un MC et un DJ très important au niveau local dans les années 80, qui influença entre autres le duo The Fresh Prince et DJ Jazzy Jeff.

Cette passion lui a permis d’exprimer la rage qu’il contenait en balançant son flow qui pue l’asphalte lors de battles ou en studio. Mais chaque médaille a son revers, et ces dernières années, Meek faisait plus parler de lui à cause de Nicki Minaj ou de son beef avec Drake, que pour sa musique. Mais alors que l’hiver s’est installé, Meek Mill est revenu en brûlant et en brisant ses chaînes, laissant ses fantômes derrière lui, plus déterminé et conscient de son statut : il n’est pas qu’un rappeur, il est aussi le champion de sa ville et de sa communauté. Voici le Top 5 de son album Championships, dédié à tous ceux qui, comme lui, vivent un cauchemar mais ne cessent jamais de rêver.

Note du rédacteur : les morceaux sont classés en fonction de l’ordre de la tracklist.

"On Me" (Feat.Carbi B)

Pour concevoir son quatrième album studio, Meek Mill s’est entouré de rappeurs de renom, issus de l’ancienne et de la nouvelle école. En 2017, notre MC a rompu avec la pulpeuse Nicki Minaj, qui un plus tard en venait aux mains avec sa nouvelle rivale : Cardi B, que nous retrouvons logiquement sur le titre « On Me », quatrième piste de Championships. Cette première collaboration de la rappeuse du Bronx avec Meek, est pleine d’énergie et s’impose déjà comme l’un des meilleurs bangers du projet !

Sur une instrumentale composée par Bangladesh, auteur de grès grands morceaux comme « A Milli » pour Lil Wayne, nos deux rappeurs posent avec grâce et vanité, en revenant sur leur parcours respectifs, bien entendu de manière légère, pour nous exposer leur vie de rêve à coup de punchlines et d’images aussi simples qu’efficaces.

"What's Free" (Feat.Rick Ross & Jay-Z)

Le 24 avril dernier, Meek Mill était enfin libéré de prison suite à l’accumulation de nombreuses erreurs judiciaires. Pour fêter sa liberté avec le public, le rappeur de Phili nous propose un morceau d’excellence, réunissant le boss de son label : le charismatique Rick Ross et son manager : le légendaire Jay-Z. Entouré de ces deux amis et MCs redoutables, il ne suffisait plus qu’une belle instrumentale pour nous faire voyager. C’est ainsi choses faite grâce à un beatmaker français Tarik Azzouz et StreetRunner, qui samplent pour l’occasion le titre « What’s Beef » d’une autre icône : Notorious B.I.G.

Rozay, Meek Milly et Hov’ abordent leur couplet de manière différente. D’abord l’égérie de Belaire revient sur sa longévité dans le game et honore Kendrick Lamar, le duo de producteur et d’écrivain Gamble & Huff mais aussi l’incompréhensible 6ix9ine. De son côté Meek revient sur ses nombreuses batailles juridiques et sa vision du système américain, avant que n’arrive Jay-Z. En un couplet, Jigga nous a forcé à appuyer sur le bouton repeat, tant c’est technique, actuel, drôle et captivant. Toujours dans la lignée directrice de son album 4:44, le king du Rap prône l’excellence afro-américaine, lui qui dernièrement avait d’ailleurs convaincu Meek Mill d’annuler son concert à la maison blanche de Donal Trump.

"Championships"

Sur les dix-neuf titres qui composent l’album, neuf sont des solo de Meek Mill. Contrairement à ses anciens projets, où ses couplets et thématiques semblaient redondants, cette fois notre MC semble avoir davantage travaillé son écriture, porté par une réelle envie de changer les choses., comme il l’évoque sur son titre « Championships », en posant sur un sample de Toney Fountaine, paru l’année de sa naissance.

Durant près de quatre minutes, le rappeur se pose en narrateur, dressant un constat démoralisant de son ghetto, décor de toute une population. En 2013, sur sa mixtape Dream Chaser III, la star de Philadelphie déclarait être passé à un autre niveau, mais en 2018, il ne s’agit plus de niveau de vie, mais d’une toute autre vision, de ce que son art et sa position représentent aux yeux des gens. Conscient et téméraire, notre soldat de la rue s’est transformé en icône.

"Going Bad" (Feat.Drake)

En septembre dernier, durant l’un des concerts de Drake qui se déroulait à Boston, Meek Mill est monté sur scène, pour foutre le feu avec son titre « Dreams And Nightmares » et officiellement enterrer la hache de guerre. En réalité, nos deux anciens ennemis s’étaient contacté depuis plus d’un an, afin de laisser leur querelle de côté et revenir encore plus fort sur cet album.

Après leur première collaboration Hip-Hop/R&B intitulée « Amen » aux côtés de Jeremih, le rappeur de Philadelphie et le 6 God avaient usé de leur flows respectifs pour nous proposer un titre plus rap : « R.I.C.O ». Quelle joie de les retrouver ensemble une nouvelle fois sur « Going Bad » produit par Westen Weiss et Wheezy. Bien que nous ayons eu notre lot de clashs cette année, aussi bien aux US qu’en France, le Rap continue de se réunir à l’image du dernier clip de Nicki Minaj : « Good Form », où apparaissent Lil Wayne et son ancien poulain Tyga.

"24/7" (Feat.Ella Mai)

Nous concluons notre Top 5 de l’album Championships, avec un beau morceau Hip-Hop/R&B. Meek Mill a invité la chanteuse Ella Mai, qui nous a récemment proposé son premier projet au titre éponyme, une belle carte de visite pour cette jeune femme originaire de Londres, passée par le label de DJ Mustard puis Interscope.

Nous la retrouvons donc sur le morceau « 24/7 » aux côtés d’un Meek Mill plus posé, qui a su améliorer sa manière de rapper sur des sonorités plus smooth et qui profite de l’excellente vibe de l’instrumentale composée par pas moins de quatre producteurs : Austin Powerz, E.Y., OZ et Pro Logic. Pour sublimer ce titre, Beyoncé est-elle même samplée, puisque sa voix accompagne nos deux artistes, et contraste avec le thème de son morceau original de femme déçue : « Me, Myself And I ».

Romain C. Draper
Fondateur & Rédacteur en Chef. En primaire, j'ai troqué mon goûter contre l'album "Première Consultation" de Doc Gynéco. Depuis je suis accroc au Rap.