Retour
Focus :
Lil Wayne : ses meilleurs featurings R&B
09.11.18
Lil Wayne : ses meilleurs featurings R&B
Un air de nostalgie

Lorsque je suis revenu chez ma mère, j’ai pu passer un peu de temps dans ma chambre d’adolescent, où mes posters de 50 Cent et de Booba avaient été remplacés par des tableaux et des photos de famille. Ce changement de décoration, me fit soudain retomber avec nostalgie dans mes jeunes années, lorsque je passais des heures à dénicher des remixes ou chutes de studio d’un certain rappeur de la Nouvelle-Orléans : Lil Wayne. Durant près de trois ans, j’ai pu accumuler des centaines de morceaux sur lesquels figurait l’auto-proclamé Best Rapper Alive, de ses freestyles avec Juelz Santana aux différents remixes R&B.

A l’occasion du retour en force des anciennes gloires de la chanson urbaine, comme Ne-Yo et Amérie, je souhaitais vous proposer les featurings R&B sur lesquels Weezy a posé son flow, donnant évidemment une autre dimension aux morceaux. Préparez-vous à retourner à l’époque de Lil Wayne l’infatigable, qui enchainait les mixtapes et dévorait les prods du matin au soir, comme le regretté Tupac Amaru Shakur.

Lloyd (Feat.Lil Wayne) - « You »

Nous sommes en 2007 quand Lloyd, le chanteur natif de la Nouvelle-Orléans bénéficie d’un bel entourage en ayant signé quatre ans plus tôt sur le label de Irv Gotti : The Inc Records, plus connu sous le nom de Murder Inc. Encadré par de bons producteurs comme Bryan-Michael Cox ou Jazze Pha et soutenu par Ja Rule, il sortit cette année son second album studio intitulé Street Love, qui débuta à la seconde place du Billboard US.

Une jeune star en devenir, qui réussit à charmer le monde entier avec son single « You », co-produit par Jasper Cameron et Big Reese. Le morceau commence avec une intro de Lil Wayne, qui parle d’abord mais semble déjà surfer sur le beat avant de poser un couplet court mais marquant. Young Lloyd ensuite, déploie sa voix singulière pour séduire les chaumières et amener les femmes à danser langoureusement sur le dancefloor.

Bobby Valentino (Feat.Lil Wayne) - « Tell Me » (Remix)

Si vous étiez adolescent en 2005, que vous appréciez le R&B et les morceaux taillés pour l’été, alors aucun doute : vous n’étiez pas passé à côté de Bobby Valentino et son hit « Slow Down ». Le chanteur du Mississippi signa à l’époque sur Def Jam et chez Disturbing Tha Peace, label fondé par Ludacris et nous proposa son premier album, sobrement intitulé Bobby Valentino.

Profitant du succès de son summer hit, Bobby V enchaîna avec le remix de son titre « Tell Me » en invitant Lil Wayne, qui devenait peu à peu le rappeur incontournable que tous les médias spécialisés considéraient comme « l’avenir du Rap US ». Sur un sample du titre « For The World » de Tan Dun, le jeune chanteur et son acolyte nous ont bercé toutes les vacances et nous ont donné envie de ralentir encore plus le temps, lorsque des jeunes femmes en bikini passaient à côté de nous.

Usher (Feat.Beyoncé & Lil Wayne) - « Love In This Club » (Part.II)

Alors que nous avions plus de nouvelles d’Usher dans les journaux à scandales qu’au niveau musical, le prince d’ATL nous est revenu le mois dernier avec un projet entièrement produit par Zaytoven intitulé « A ». Bien que certains morceaux nous aient séduits, Usher Raymond semble avoir perdu de son aura, la magie du début des années 2000 et de son classique Confessions étant à présent bien loin. Toutefois, le crooner sut toujours bien s’entourer comme le prouve la seconde partie de son hit « Love In This Club » avec Beyoncé et Lil Wayne.

Sur une production de Soundz, la jeune Queen B chantait en coeur avec Usher, les deux se partageant aussi leurs couplets. La réunion de ces deux stars du R&B rendait déjà magique ce morceau, mais lorsque Weezy débarqua doucement sur le beat, il le magnifia et nous fit directement oublier la première partie avec Young Jeezy, qui pourtant ne déméritait pas.

Avant (Feat.Lil Wayne & Jermaine Dupri) - « You Know What »

En 2004, la suprématie de 50 Cent et de son G-Unit était à son summum. Curtis Jackson avait signé un classique et ramené sa propre clique sur les devants des projecteurs avec l’album Beg For Mercy. Par la suite, son pote d’enfance Tony Yayo, le sudiste Young Buck et le rimeur Lloyd Banks y sont allés de leur albums respectifs. Ce dernier nous proposa Hunger For More, un excellent projet, dont est extrait le titre « Karma » en featuring avec Avant.

C’est justement ce chanteur qui m’était jusque là inconnu, qui profita de cette collaboration pour multiplier les projets jusqu’à l’album Director en 2006 et invita le jeune rappeur de la Nouvelle-Orléans, pour un magnifique morceau, produit par Jermaine Dupri. L’instrumentale  soulful, les couplets et le refrain efficaces d’Avant nous donnaient envie de danser en sirotant un mojito, mais lorsque Lil Wayne posa son couplet, peut-être l’un de ses meilleurs au niveau R&B, alors ce titre devint tout simplement un incontournable de l’été.

Mariah Carey (Feat.Lil Wayne & Akon) - « Bye Bye » (Remix)

Mariah Carey est certainement la pop star ayant le plus collaboré avec des artistes Hip-Hop. De Nas à Jay-Z en passant par le regretté ODB sur le superbe remix de « Fantasy ». En 2008, Mariah sorti E=MC2, un album raté à l’exception de deux titres : la ballade « I Stay In Love » et le mélancolique « Bye Bye ». Pour renforcer l’authenticité de ce dernier morceau qui traitait de la perte d’un proche, la belle chanteuse invita Akon et Lil Wayne le temps d’un remix, capable de faire pleurer Negan.

La voix d’Akon résonne d’abord, plein d’émotion et de sincérité, sans autotune et c’est tout simplement beau. Mais Weezy, une fois n’est pas coutume, nous bouleverse en évoquant son grand-père, véritable figure paternelle pour lui, qui fut tué lorsqu’il avait 14 ans. Lorsque l’on connait la vie et les épreuves qu’a enduré Dwayne Carter, ce titre et son couplet prennent davantage de sens et nous touchent en plein coeur.

Robin Thicke (Feat.Lil Wayne) - « Shooter »

Contrairement à ce que peut penser le grand public, Robin Thicke n’est pas arrivé du jour au lendemain avec son tube planétaire « Blurred Lines ». Non, le fils de l’acteur Alan Thicke, débuta sa carrière à l’âge de 22 ans et enchaîna les projets. Pour ma part, je l’ai découvert grâce à Pharrell Williams, puisque les deux artistes ont collaboré ensemble pour la première fois sur le titre « Wanna Love You Girl » extrait de son album The Evolution Of Robin Thicke.

Dans ce projet, se trouvaient également deux featurings avec Lil Wayne : « All Night Long » et le génial « Shooter » co-produit par le chanteur et Pro J. A la première écoute, ce titre à la fois soul et rock m’avait décontenancé, jusqu’à ce que Weezy rende l’ensemble tout simplement pop. Les deux artistes ont par la suite collaboré à plusieurs reprises, notamment sur le très beau « Tie My Hands » présent sur le classique Tha Carter III.

Destiny’s Child (Feat.Lil Wayne & T.I.) - « Soldier »

Enfin, impossible de conclure notre sélection des meilleurs morceaux R&B de Weezy sans évoquer l’incroyable titre « Soldier » des Destiny’s Child. Imaginez-vous : nous sommes en 2004, Beyoncé fait encore partie de ce trio managé par son père, Lil Wayne vient de sortir le premier volume de Tha Carter et T.I. commence à séduire un public plus large grâce à Swizz Beatz et son sample de Jay-Z sur le banger « Bring Em Out ». Moins de quatre ans plus tard, ces deux rappeurs auront sorti leur classiques respectifs et seront rentrés dans la légende.

Quel plaisir donc de se replonger dans « Soldier », tant tout est parfait. D’abord la production de Rich Harrison, entre autres auteur du « Crazy In Love » de Queen B et du « 1 Thing » d’Amérie. Ensuite, T.I. introduit ce classique, avec un flow aussi naturel que nonchalant, lui qui et cela n’est plus à prouver, est un véritable soldat de la rue. Concernant les filles, chaque couplet de B, Michelle et Kelly est vibrant et différent, et nous pouvons même entrevoir dans le clip Solange Knowles enceinte. Enfin, Weezy, mais quel couplet ! Chaque phase m’est restée en tête alors qu’il n’eut le droit qu’à un temps assez court. Un morceau réussit en tous points, qui illustre le talent inné de notre alien alors qu’il n’avait que 22 ans.

Romain C. Draper
Fondateur & Rédacteur en Chef. En primaire, j'ai troqué mon goûter contre l'album "Première Consultation" de Doc Gynéco. Depuis je suis accroc au Rap.